Retour à l'accueil

Circuit n°2 : Les vestiges du château du seigneur d'Orsay

Comme une promenade imaginaire dans le parc du château d'Orsay au XVIIIe siècle

Plan
Itinéraire

1. L'emplacement du château

Départ : Maison des associations dans le parc Charles Boucher

Chateau d'Orsay
Château d'orsay (Parc Boucher)

La Maison des Associations est construite sur les fondations d'une partie du château. La pièce d'eau située légèrement en contrebas est un vestige de la partie nord des douves. L'enfilade qui mène jusqu'à la rue du Parc est aujourd'hui masquée par le remblai de la RN 118 et l'école maternelle.

2. La ferme du château

Traverser l'avenue Saint Laurent. Prendre l'allée Michel Chevotet.

Ferme de la Bouvêche
La Bouvêche, ancienne ferme du château

En traversant l'avenue Saint-Laurent: on laisse à droite l'église et, en avant-plan, ce qui reste de la basse-cour et des écuries du château; à gauche l'avenue Saint­-Laurent remplace l'allée Saint-Laurent menant autrefois au château.
En montant l'allée Michel Chevotet, du nom de l'architecte paysagiste, héritier de Lenôtre qui a réalisé le parc, à droite la Grande Bouvêche avec ses tours (c'était la demeure du «fermier» du château, sur ses terres se reposaient les troupeaux qui venaient à pied des provinces du Sud-Ouest, et qui gagnaient Paris en une dernière étape). Toujours sur la droite, les vestiges d'un belvédère qui avait vue sur la vallée.

3. La pièce d'eau centrale du parc

Longer le remblai de la N118 jusqu'à la rue de Paris. Prendre à gauche. Passer sous le pont de la N118.

Bassin de la Clarté-Dieu
Bassin de la Clarté-Dieu

La rue de Paris était la « route de Paris à Chartres » au temps de la splendeur du château. Après le pont, on découvre la Clarté-Dieu. Si l'on a l'autorisation des franciscains de la Clarté-Dieu, il est possible de faire le tour de la pièce d'eau, repère important et vestige du parc quelque peu écorné à l'ouest par le remblai de la RN 118.

4. Longer le parc par la route Paris-Chartres

Continuer la rue de Paris jusqu'à la rue Parat.

Sont ensuite successivement visibles la Résidence de l'Yvette, celle du Chevalier d'Orsay et la Résidence de Chevreuse. Accessibles de la rue de Paris et de l'avenue Saint-Laurent, elles occupent un espace qui, après la destruction du château et le morcellement du parc, constituait pour chacune un domaine englobant la grande demeure du propriétaire. Aujourd'hui certaines de ces demeures subsistent (Clarté Dieu, Résidence de l'Yvette et du Chevalier d'Orsay), mais l'espace environnant est couvert de grands immeubles d'habitation.

5. Traverser le parc

Emprunter la rue Parat.

Arrivé à la rue Parrat, si l'on oblique vers le nord, on croise trois rues orientées est-ouest comme la grande pièce d'eau: la rue de l'Avenir, l'avenue Saint­ Laurent et la rue du Parc (en partie masquée, à partir du château, par la RN 118).

6. L'extrémité est du canal

Descendre par le petit escalier vers le Temple de la Gloire et les deux petits lacs.

Le premier petit lac représente la moitié de la pièce d'eau qui terminait à l'est le canal, pièce d'eau qui a été coupée par l'avenue des Lacs. L'autre moitié, au nord-est de cette avenue, est dans une propriété privée, le Temple de la Gloire, édifié par la belle-mère du général Moreau en l'honneur de son gendre, qui venait de mettre fin aux guerres révolutionnaires et d'établir la paix en Europe. Elle l'y a accueilli avec sa fille, jeune épousée, en la journée inaugurale du 23 mai 1801.

7. Longer le canal

Emprunter le boulevard de la Terrasse vers le retour.

Avant de parvenir au boulevard de la Terrasse qui bordait la limite nord du parc, le visiteur, passant entre les deux pièces d'eau au-dessus d'un conduit busé, observe dans les jardins des propriétés, sur sa gauche, une sorte de fossé qui longe le boulevard de la Terrasse. C'est ce qui reste du canal. Cette partie basse draine encore l'exutoire des douves du château. Une fois sur le trottoir du boulevard de la Terrasse, lorsque les clôtures le permettent, il est possible de voir ce fond de canal se prolonger de jardin en jardin.

8. Sous le pont de l'Yvette

Passer sous le pont de la N118. Traverser la rue Guy Moquet, descendre quelques marches et emprunter la voie piétonne tracée entre l'Yvette et la rue Guy-Moquet.

Extérieur au parc, couvert d'équipements sportifs, le terrain que l'on traverse a été donné à la ville par Mme Blondin, veuve du maire d'Orsay, à la fin du XIXe siècle.

9. L'extrémité ouest du canal

Passer sous le pont de pierre et remonter en dépassant l'Office de Tourisme. Passer sous le viaduc ferroviaire et atteindre le lac du Mail.

On parvient à l'autre extrémité du canal, aujourd'hui le lac du Mail, qui ne couvre que la moitié du bassin originel.

10. Le potager du château

Contourner le lac par le nord en longeant l'Yvette. En quittant le trajet à la hauteur des jeux pour enfants, emprunter la rue du Mail, puis la rue de Launay à gauche et redescendre par la rue de l'Yvette.

Ces rues suivent trois allées principales du potager du château. Ce potager très vaste est devenu ensuite celui de l'hôpital, jusqu'à ce que le talus du RER vienne séparer le Centre hospitalier de sa source de légumes, en 1867.

11. La route Versailles-Corbeil traverse le canal

Passer sous le viaduc, revenir vers l'Office de tourisme en longeant la place du Docteur Albert (place du marché). Traverser l'avenue Foch pour atteindre l'école Sainte Suzanne.

En se penchant le long de la cloture de l'école et en regardant sous l'avenue du Maréchal-Foch (ancienne route royale Versailles-Corbeil) qui descend du centre ville, le visiteur observe les arches du pont qui enjambait alors le canal, lequel était à l'époque plus large (26 mètres) que pourraient le laisser supposer les intervalles entre piles.

12. La fin de la promenade

Revenir au point de départ (parc Boucher et maison des Associations) en remontant l'avenue Foch.

Fermer la page